Le marché de Provence est devenu un des symboles régionaux, Très souvent marché de tradition – certains remontent au Moyen Âge – occupant place et ruelles, son but primordial était de simplifier l’approvisionnement des villes et des villages, et accessoirement de se tenir informés des dernières nouvelles.
L’explosion du tourisme de masse, au cours du xxe siècle a fait découvrir et aimer cette farandole de couleurs et cette ribambelle d’odeurs qu’offrent les fruits et légumes locaux ainsi que les épices et les herbes de Provence.

L’été, période traditionnelle de vacances permet de découvrir et de se fournir en tomates, poivrons, salades, olives vertes et noires, oignons, aulx, abricots, pêches, figues, raisins, etc. Sans oublier des productions locales, comme le melon de Cavaillon, les fruits confits d’Apt, le nougat de Sault, les fraises de Carpentras ou les poissons le long des côtes.
À cette production fruitière et légumière s’ajoute une production de type artisanal grâce aux étals de tissus colorés, dont les nappes, les serviettes, les sets de table, ainsi que couvres lits, coussins, boutis et tissu au mètre. L’art de la table reste toujours avec des artisans locaux qui offrent de la faïence et de la poterie provençales sous forme d’assiettes, plats, saladiers, brocs, huilier, salière, poivrière, etc …

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tradition_proven%C3%A7ale

« 1 de 2 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *