Plage et dunes à perte de vue … Bienvenue à Oostduinkerke, un lieu hors du temps. Ici, et ici seulement, on pratique une tradition ancestrale : la pêche aux crevettes à cheval. Et même si aujourd’hui, les hommes ne revêtent leurs cirées pour galoper dans l’eau que pour le folklore. La pêche de crevettes à dos de cheval se pratique à marée basse, à partir d’avril jusqu’octobre, pendant environ 2 heures (1h avant et 1h après cette marée). Le pêcheur, habillé d’un ciré, botté de cuissardes en caoutchouc et coiffé du seroît, est assis sur le dos de son cheval qui, dans l’eau jusqu’au poitrail, traîne derrière lui le lourd chalut. Ce sont pour la plupart de robustes et gros chevaux de labour. Naguère l’on se servait souvent des mules, mais on ne s’en procure que difficilement de nos jours.

De temps à autre, pêcheur et cheval sortent de l’eau pour vider le chalut et en transvider le contenu dans les paniers fixés des deux côtés aux flancs du cheval. Dès le retour du pêcheur à la maison, les crevettes sont cuites et présentées aux acheteurs par le pêcheur lui-même ou par sa femme.

Depuis décembre 2013, la pêche de crevettes à cheval est inscrite sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco.

http://visiteur.koksijde.be/product/1963/les-pecheurs-de-crevettes-%C3%A0-cheval

http://fr.navigomuseum.be/productgroep/1017/2498/la-peche-de-crevettes-%C3%A0-cheva

« 1 de 4 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *